Rencontre avec Michel Le Bourhis

Publié le par L. Taisne, professeur-documentaliste


UN ECRIVAIN AU COLLEGE LE COLOMBIER
(DUN SUR AURON)

 

 

Jeudi 14 mai, Michel Le Bourhis, écrivain dont le livre Echancrure fait partie de la sélection du Prix Marguerite Audoux, est venu à la rencontre des élèves de la classe de 5ème 5 du collège Le Colombier de Dun-sur-Auron. En effet, certains élèves de cette classe participent à ce prix.

 

Une rencontre intéressante

 

La rencontre prévue pour une heure et demi a finalement duré deux heures ! Les élèves ont posé de nombreuses questions à l’auteur, qui « a su répondre à nos questions très en détail ». Les élèves ont trouvé la rencontre intéressante : « pour lui poser des questions, ce n’était pas difficile ;  il inspire une grande confiance ».  Ils ont apprécié la façon bavarde et pleine d’humour de Michel Le Bourhis de leur répondre sur des sujets très variés.

 

« Ecrire pour apprendre à grandir »

 

L’auteur, qui est aussi professeur de lettres dans un collège de Mayenne, écrit principalement, pour l’instant, pour les adolescents. Les thèmes de l’enfance et de l’adolescence sont le sujet récurrent de ses livres. Il écrit principalement des romans car  l’écriture de pièces de théâtre lui semble plus difficile. Il a récemment réécrit un de ses romans sous forme de pièce de théâtre ; il espère que ces deux récits seront édités dans le même ouvrage.

 

Michel Le Bourhis

a lu un extrait d’ Echancrure



Les élèves aussi écrivent

 

Autant Michel Le Bourhis aime rencontrer des élèves à l’extérieur, autant il ne parle pas de ses œuvres avec ses propres élèves. Quand il a parlé des journaux intimes que les jeunes tiennent parfois, quelques élèves se sont reconnus, et cette phrase a suscité des réactions : « Il a dit que ça se voyait dans les yeux ceux qui écrivent pour se soulager dans un journal intime, et moi j’en tiens un. Ça me soulage d’écrire dans un journal intime quand je suis énervé et ça ne m’a pas plu quand il a dit que c’était plus les filles qui tenaient un  journal intime car je suis un garçon et j’en tiens un ! » ;  « Je tiens un journal où j’écris quelques histoires que j’invente ou des problèmes que je ne peux pas dire aux autres donc je me libère sur mon journal. »

 

 

Les échanges ont aussi porté sur le métier d’écrivain, sur l’acte d’écrire, et sur la façon de concilier le métier de professeur de français et d’écrivain. Comment trouver le temps pour corriger les copies et inventer des histoires ? Michel Le Bourhis se libère du temps le soir ou profite des vacances scolaires. Les élèves ont bien compris qu’écrire exigeait pour l’auteur de nombreux sacrifices sur le plan personnel.

 

Echancrure

 

Dans Echancrure, le personnage principal, Thomas, est un adolescent un peu en rupture avec le lycée ; ses seuls repères sont ses deux amis, un gars et une fille. Michel le Bourhis en veut un peu à son personnage de ne pas faire de choix positifs pour sa vie, de ne pas s’investir pour son avenir. Ce recul face à son personnage a étonné : « Ça m’a fait bizarre quand il critiquait ses personnages alors que c’est lui qui les a « inventés». » 

 

Seul regret : peu d’élèves avaient lu Echancrure, car c’est un livre écrit pour des élèves plutôt en classe de 4ème ou de 3ème . Ils le découvriront certainement dans quelque temps et l’apprécieront à la lumière de cette rencontre.

 

L’écrivain a de son côté apprécié sa venue au collège le Colombier. Il a également rencontré les élèves de La Guerche et de Sancoins… avant de retrouver ses élèves en Mayenne.

    

L’entretien s’est terminé par la dédicace d’un livre du CDI et une séance photos ;
les élèves avaient apporté leur appareil photos !!

 



                                                         Les élèves et professeurs du collège Le Colombier

Commenter cet article